Charles Delestraint

Charles Delestraint

Charles Delestraint is gebore in Frankryk in 1879. 'n Lid van die Franse leër het hy die grootste deel van die Eerste Wêreldoorlog as krygsgevangene deurgebring.

Hy het in die weermag gebly en 'n toonaangewende ondersteuner geword van 'n moderne leër wat bestaan ​​uit gepantserde afdelings. Delestraint tree in 1939 af, maar is aan die begin van die Tweede Wêreldoorlog na die gewapende dienste teruggeroep en het die teenaanval teen die Duitse weermag in Abbeville gelei (3-4 Junie, 1940). Nadat Frankryk oorgegee het, het Delestraint teruggetrek na Bourgen Bresse.

Delestraint is deur Henry Frenay vir die Franse verset gewerf. Nadat hy Charles De Gaulle in Londen besoek het, het hy ingestem om die hoof van die Armée Secrete te wees. Delestraint keer op 24 Maart 1943 saam met Jean Moulin terug na Frankryk.

René Hardy, 'n lid van die verset, is gearresteer en omgedraai en sy inligting het daartoe gelei dat Delestraint op 9 Junie 1943 deur die Gestapo gearresteer is. Nadat hy deur Klaus Barbie ondervra is, is hy na Nazi -Duitsland gedeporteer. Charles Delestraint is op 19 April 1945 in Dachau deur die Schutz Staffeinel (SS) geskiet.


ExecutedToday.com

Op hierdie datum in 1940 het die ineenstortende Franse staat vier subversiewe in Pessac geskiet en vergeet. Hierdie gevalle word sterk gedek deur die Frans-taalblog Histoire penitentiaire et Justice militaire, en baie skakels in hierdie pos verwys na goed geïllustreerde artikels op die webwerf, wat aanbevole leesstof vir diegene wat dieper wil verdiep, aanbeveel.

Einde Junie vind Frankryk Frankryk in die donker weke na Duinkerken, eintlik die dag toe die regering van Marshall Petain formeel oorgegee het aan die Duitse blits.

Elders het die oorblyfsels van die Derde Republiek weswaarts na Bourdeaux gevlug en gevangenes van die doodstraf saamgeneem. Die staat wat hulle veroordeel het, wou nie toelaat dat sy dreigende verdwyning dit van hul bloed bedrieg nie.

Jean Amourelle, 'n stenograaf in die Franse senaat, wie se pligte insluit die afkorting van die geheime verrigtinge van sy militêre kommissies, is uitgevang om intelligensie na Duitsland te stuur.

Twee pare broers: Roger en Marcel Rambaud en Leon en Maurice Lebeau was saam met hom vir die teregstelling van hierdie datum. Die sewentienjarige Maurice Lebeau het sy vonnis egter omgeskakel na harde arbeid en is ontsien van die afvuurbesonderhede.

Die Rambauds en Lebeaus was fabriekswerkers wat as saboteurs gevonnis is omdat hulle die enjin van 'n Franse militêre vliegtuig in die gedrang gebring het en dit laat ontplof het: vreemde gedrag vir kommunistiese proletariërs verklaar deur die tydelike vrede tussen Duitsland en die Sowjetunie wat (vir die oomblik) het die Franse Kommunistiese Party wat deur Komintern gelei is, as 'n teenstander van die oorlog geposisioneer.

Ondanks die opoffering van die Rambauds en Lebeaus, was hierdie postuur van korte duur. Net 'n jaar later — 22 Junie 1941, in werklikheid, het Duitsland se inval in die USSR Europa se kommunistiese bewegings in gemeenskaplike fronte met anti-fascistiese partye, en Frankryk ’s se kommuniste in die voorpunt van die Franse verset gedryf. martelare.

Op hierdie dag..

Moontlik verwante teregstellings:

1945: Genl Charles Delestraint

Op hierdie datum in 1945 is die Franse generaal en weerstandsfiguur Charles Delestraint inderhaas ontslae geraak, tien dae voor die bevryding van Dachau.

Delestraint, wat ook die Eerste Wêreldoorlog as 'n krygsgevangene deurgebring het, was een van diegene wat die verborge militêre dogmas van die verlede opgemerk het wat opgedateer moes word.

Met de Gaulle was Delestraint 'n kragtige advokaat in die tussenoorlog vir gemeganiseerde oorlogvoering.

Hy het nie ver genoeg gekom nie, beslis nie so ver as die spoggerige Wehrmacht nie.

In 1940, enkele maande na aftrede, word Delestraint herroep om 'n gemeganiseerde afdeling teen die Duitsers te lei, wat natuurlik 'n skouspelagtige triomf van tenkoorlogvoering vir die Duitsers was. Terwyl die Franse wapenrusting deur hul magte versprei het, het die Duitsers hulle by 'n verwerping met die doel om deur die Franse lyn te breek en vinnig agter te verower.

Delestraint het later opgemerk oor die leerstellige verskil,

Ons het 3 000 tenks gehad en die Duitsers ook. Ons gebruik dit in 'n duisend pakke van drie, die Duitsers in drie pakke van 'n duisend.

Delestraint, wat later in die Franse verset gewerf is en vandaar verraai is, het die gasvryheid van baie konsentrasiekampe en die tere genade van een van hul meer berugte martelaars beveel.

Onsekerheid bestaan ​​oor presies hoe die Duitsers Delestraint vermoor het, of selfs waarom die Dachau-kommandante hom veral wou afsluit, alhoewel hy 'n voorsprong was in die anti-versetoperasie. Die lyk is onmiddellik veras, kamprekords van die teregstellingsbevel het verdwyn as dit ooit bestaan ​​het, en ooggetuie se getuienis verskil.

Maar sterf u in Dachau vir die Franse verset? Op enige standaard is dit 'n paspoort tot heldestatus, soos getuig deur 'n aantal rue -generaal Charles Delestraints wat in sy geboorteland gevind kan word.


ExecutedToday.com

Op hierdie datum in 1942, net twee dae nadat hy admiraal Francois Darlan vermoor het, is Fernand Bonnier de La Chapelle deur die Vichy -leër in Algiers geskiet.

Ondanks sy afkorting as 'n Nazi-marionet, was Vichy France, veral in 1940-42, 'n meer genuanseerde dier wat 'n toenemende studie van laat geniet het. Vichy beheer Suid-Frankryk onder die ooglopende druk van die Duitse besetting langsaan en bewerkstellig staatsamewerking met Berlyn, insluitend deportasies, maar het ook diplomatieke betrekkinge met die VSA onderhou. Vichy Frankryk het selfs Duitse spioene geskiet.

Vichy was een van die vele aanspraakmakers op politieke legitimiteit in die nadraai van die rampspoedige nederlaag van 1940 in Frankryk by Duitse hande. Die mees voor die hand liggende (en hier, aktuele) mededinger was de Gaulle se Free French.


Gepas, die klassieke film Casablanca het in November 1942 sy première gehad, met Claude Rains as die beginselvrye Vichy -kaptein Renault. Die film se pro-Free French, anti-Vichy-inslag was egter destyds nie verteenwoordigend van die Amerikaanse buitelandse beleid nie.

Dit was die agtergrond toe die VSA in 1942 aan die spits was van Operation Torch om die Vichy-beheerde Franse Noord-Afrika binne te val. “Dit is nie die einde nie, en#8221 Churchill is 'n weergawe van die fakkellande. Dit is nie eers die begin van die einde nie. Maar dit is miskien die einde van die begin. ”* (Regstelling: Churchill het dit eintlik gesê met verwysing na die Slag van El Alamein in November 1942, soos 'n baie genadige opmerking opgemerk het.)

Ten tyde van die operasie was admiraal Darlan toevallig in Algiers. Hy was die voormalige nommer twee man in die Vichy-regering, maar ook 'n man wie se samewerking met die Nazi's halfhartig was, en daarom was hy die voormalige nommer twee man.

Darlan het nietemin die hoof van die Vichy -weermag gebly, wat beteken dat dit die moeite werd was om die fakkelbevelvoerders die moeite werd te maak om 'n ooreenkoms met hom te tref toe Darlan vir samewerking geskik was.

Hulle het die ooreenkoms gesluit. Darlan sluit gewapende verset af en neem Vichy Noord -Afrika na die Geallieerdes se kant. (Hy het inderdaad voorheen aan Amerikaanse diplomate gesinspeel dat hy bereid was om van kant te verander, sien Arthur Funk, en#8220 Onderhandel oor die gesprek met Darlan '” in Journal of Contemporary History, April 1973.) In ruil daarvoor het die Geallieerdes hom aangestel as hoë kommissaris van Frankryk vir Noord- en Wes -Afrika en 'n groot man op die kampus vir Frans Noord -Afrika.

Soos alle goeie kompromieë, het dit niemand tevrede gestel nie.

De Gaulle was woedend: 'n amptenaar van Vichy bly in beheer van 'n Vichy -staat, nou onder geallieerde beskerming. Sou erkenning deur geallieerdes Darlan daarop rig om die naoorlogse rigting van Frankryk te lei?

Net so boos oor die afwyking, het Hitler die Duitse gebeurlikheidsplan aan die gang gesit om Vichy France te beset. na Nazi -Duitsland gebring.

Terug in Noord -Afrika kom ons uiteindelik by ons skoolhoof.

'N 20-jarige student van monargistiese en anti-fascistiese politieke neigings, Fernand Bonnier de La Chapelle (Engelse Wikipedia-inskrywing | Frans) het saam met 'n paar vriende besluit om die Gordynse politieke knoop wat Darlan se aanneming tot stand gebring het, te sny.

Bonnier de La Chapelle het die kort strooi getrek (letterlik, hulle het rietjies getrek) vir die voorreg/verantwoordelikheid om die Vichy -admiraal te vermoor.

Amptelik het die jong man alleen opgetree. Nie -amptelik was daar geen einde aan bespiegelings oor die geheime intriges aan die werk nie. Niemand weet regtig presies hoe die moord op Darlan veronderstel was om die gewapende man se agenda te bevorder nie. En die Vichy -Franse het die moordenaar met verdagte haas weggedoen.

Net na middagete op 24 Desember, verras Fernand Bonnier de La Chapelle Darlan toe laasgenoemde terugkeer na sy studeerkamer en skiet hom deur die mond en bolyf op 'n afstand. Hy is gearresteer in 'n poging om te vlug.

Die volgende aand is hy deur 'n tribunaal in Algiers veroordeel. Daar was reeds 'n kis op bestelling voordat die liggaam aan die gang gekom het.

Om een ​​of ander rede het die veroordeelde gedink dat sy vermeende diens aan die nasie sou verdwyn. Hulle sal my nie skiet nie. Ek het Frankryk bevry, en#8221 verseker hy sy belydenis. “Die koeëls sal leë patrone wees. ” Dit was ’t. Churchill het aangeteken dat Bonnier de La Chapelle verbaas was dat hy geskiet sou word. ”

Darlan is later die oggend ter ruste gelê tydens 'n droë-oog rekwiemdiens. Een Britse intelligensiebeampte het onthou dat die moord op Darlan en 'n klip in 'n klein dammetjie geval het en dat die rimpelings net kort was. Dit was asof Darlan nog nooit was nie. ” (Bron vir die aanhalings in die laaste twee paragrawe)

Henri Giraud, 'n Franse generaal wat aan die Duitse bewaring ontsnap het en toevlug geneem het in Vichy Frankryk — Vichy weier om hom terug te gee aan die Duitsers, wat openlik van plan was om hom dood te maak, het Darlan se bevel oor die nou geallieerde Franse Noord -Afrikaanse magte en onderhou die aanstootlike Vichy -instellings. Hy het 'n paar weke later by die Geallieerde Casablanca -konferensie aangesluit. Giraud het reeds in die geheim met die Geallieerdes ooreengekom om presies hierdie standpunt in te neem en het in afwagting van die inval na Noord -Afrika herstel voordat hy deur Darlan uitgeneem is.

Giraud & Vichy, die Noord-Afrikaanse regering het geleidelik die samewerking met de Gaulle en Free French verhoog, die twee was uiteindelik mede-stigter van die Franse Komitee vir Nasionale Bevryding, wat de Gaulle natuurlik uiteindelik beheer oor geneem het.

In 1945 het 'n na -oorlogse appèlhof postuum die Bonnier de La Chapelle se skuldigbevinding omgekeer op grond daarvan dat hy die sneller getrek het in die belang van die bevryding van Frankryk. ”

* Stalin, wie se Rooi Leër toe teen die Wehrmacht -tand en -klou in Stalingrad geveg het, het gesmeek om te verskil. Hy smeek die westerse bondgenote om 'n tweede front oop te maak, en was ook nie te beïndruk met hul berekening dat hulle nie in 1942 die kontinentale Europa sou binnedring nie. 'N Man wat nie bereid was om risiko's te neem nie, kon nie 'n oorlog, en#8221 Stalin het Churchill aangegryp.

** Een effek van Operation Torch: die Duitsers het Noord-Afrika versterk teen die geallieerdes en dreigende druk. Dit was in hierdie veldtog dat die toekomstige Hitler-moordenaar Claus von Stauffenberg 'n hand en oog verloor het, wat daartoe gelei het dat hy terugkeer na die werk in Berlyn wat hom die geleentheid sou gee om die Fuhrer te probeer doodmaak.

Dit het daartoe gelei dat Vichy France se weerstandsgebaar die Toulon -vloot laat vaar het om dit uit Duitse hande te hou, hoewel dit de Gaulle ook geïrriteer het, wat wou hê dat die vloot eerder na Noord -Afrika moes gaan.

Op hierdie dag..

Moontlik verwante teregstellings:

1945: Genl Charles Delestraint

Op hierdie datum in 1945 is die Franse generaal en weerstandsfiguur Charles Delestraint inderhaas ontslae geraak, tien dae voor die bevryding van Dachau.

Delestraint, wat ook die Eerste Wêreldoorlog as 'n krygsgevangene deurgebring het, was een van diegene wat opgemerk het dat die militêre dogmas van die verlede wat opgedateer is, opgedateer moet word.

Met de Gaulle was Delestraint 'n kragtige advokaat in die tussenoorlog vir gemeganiseerde oorlogvoering.

Hy het nie ver genoeg gekom nie, beslis nie so ver as die spoggerige Wehrmacht nie.

In 1940, net maande na aftrede, is Delestraint herroep om 'n gemeganiseerde afdeling teen die Duitsers te lei, wat natuurlik 'n skouspelagtige triomf van tenkoorlogvoering vir die Duitsers was. Terwyl die Franse wapenrusting deur hul magte versprei het, het die Duitsers hulle by 'n verwerping met die doel om deur die Franse lyn te breek en vinnig agter te verower.

Delestraint het later opgemerk oor die leerstellige verskil,

Ons het 3 000 tenks gehad en die Duitsers ook. Ons gebruik dit in 'n duisend pakke van drie, die Duitsers in drie pakke van 'n duisend.

Delestraint, wat later in die Franse verset gewerf is en daaruit verraai is, het die gasvryheid van baie konsentrasiekampe en die tere genade van een van hul meer berugte martelaars beveel.

Onsekerheid bestaan ​​oor presies hoe die Duitsers Delestraint vermoor het, of selfs waarom die Dachau-kommandante hom veral wou afsluit, alhoewel hy 'n voorsprong was in die anti-versetoperasie. Die lyk is onmiddellik veras, kamprekords van die teregstellingsbevel het verdwyn as dit ooit bestaan ​​het, en ooggetuie se getuienis verskil.

Maar sterf u in Dachau vir die Franse verset? Op enige standaard is dit 'n paspoort tot heldestatus, soos getuig deur 'n aantal straatgeneraal Charles Delestraints wat in sy geboorteland gevind kan word.

Op hierdie dag..

Moontlik verwante teregstellings:

1945: Robert Brasillach, intellektuele verraaier

Op hierdie datum in 1945, en ondanks 'n gedeeltelike geskreeu in die Franse literêre kringe, is die fascistiese intellektuele en Vichy -medewerker Robert Brasillach geskiet weens verraad in Montrouge.

Romanskrywer, joernalis en llitterateur Robert Brasillach (Engelse Wikipedia-inskrywing | Frans) was die “James Dean van die Franse fascisme, en die mode-apostel van die verregse beweging tussen die oorlog. Aksie Française.

'N Behoorlike James Dean sterf jonk, wat die noodlot verskaf is met die redaksie van die antisemitiese lappie van Brasillach Je Suis Partout (“Ek is oral ”) en entoesiastiese ondersteuning van die Vichy -regering.

Aangesien sy samewerking in die vorm van idees was wat gepropageer is, het die saak van Brasillach die Franse politiek betrek by die uitdagende vraag of '#intellektuele misdaad ” — en selfs “ intellektuele verraad ” — kategories kan bestaan .

Gegewe nog 'n jaar, toe besetting nie so 'n vars herinnering was nie en die Nazi's nie meer aan die deur klop nie, sou die raaisel waarskynlik nie 'n lewens- en doodseenheid gewees het nie.

Maar dan is idees soms lewens- en doodsake, en dit is nêrens meer waar as in Frankryk nie.

Baie anti-fascistiese intellektuele het 'n beroep op De Gaulle gedoen vir Brasillach se lewe, maar nie almal nie. Die teenstander van die doodstraf, Albert Camus, het die petisie vir genade onderteken Jean-Paul Sartre en Simone de Beauvoir het geweier.

Tussen mede-gevoelens tussen die literêre stel, ideologiese vyandskap en die brandende ervaring van die besetting wat pas opgehef is, lê 'n toets vir die gewete van menige Franse denker, afgeskryf deur die woorde wat de Gaulle sou gebruik om die appèl ter syde te stel .

Op hierdie dag..

Moontlik verwante teregstellings:

1963: Jean-Marie Bastien-Thiry, model vir die Jakkals

Op hierdie datum in 1963 is die Franse offisier Jean-Marie Bastien-Thiry met 'n rosekrans vasgeskiet deur 'n vuurpeloton in die voorstad Ivry-sur-Seine in Parys omdat hy probeer het om Charles de Gaulle te vermoor.

Miskien het geen antikoloniale stryd 'n groter intellektuele en kulturele voetspoor gelaat as die Algerynse onafhanklikheidsoorlog teen Frankryk nie. Dit het ook die Franse regering verwoes, en die regter het die swaar sentiment met geweld verwerp om hul land se besetting van 132 jaar te beëindig. Daar word gereeld gesê dat die konserwatiewe Charles de Gaulle die enigste man was wat die vertrek kon ondersteun met die ondersteuning van 'n voldoende deel van die bevolking, maar 'n voldoende deel beteken geensins alles nie, en elke fout het die [Franse ] Die liggaamstelling is ook op die kop van De Gaulle gelê.

Op 22 Augustus 1962, enkele weke na die oorlog, het die Europese mag suksesvol verdryf, en 'n sluipmoordenaars-span onder leiding van Bastien-Thiry (saam met die verregse) Organization de l ’armée secrète) het 'n masjiengeweer by die motor van De Gaulle losgelaat. Honderde skote is wonderbaarlik afgevuur, die president en al sy medewerkers het almal ongedeerd ontsnap.

Alhoewel die werklike gewapende mans deur die beoogde doelwit teruggehou is, was hul bestuurder nie. Said de Gaulle,

Die Franse het martelare nodig en ek het hulle Bastien-Thiry gegee. Hulle sal 'n martelaar van hom kan maak. Hy verdien dit.

Bastien-Thiry het dit beslis in gedagte gehad. Tydens sy verhoor (soos opgeteken deur 'n simpatieke Franstalige webwerf), rig hy sy gedrag tot die nageslag:

Nous avons oefen le droit de légitime défense contre un homme, au nom de ses victimes, au nom de nos concitoyens et au nom de nos enfants cet homme est ruisselant de sang français et il représente la honte actuelle de la France. Il n’est pas bon, il n’est pas moral, il n’est pas légal que cet homme reste longtemps à la tête de la France la morale, le droit et la raison humaine s’unissent pour le condamner. La vérité que nous avons dite, et que bien d’autres que nous ont dite avant nous, restera attachée au nom de cet homme, où qu’il aille et quoi qu’il fasse. Un jour cet homme rendra compte de ses crimes: devant Dieu, sinon devant les hommes.

Die sensasionele intrige van Bastien-Thiry en die voortgesette pogings van die OAS om de Gaulle te vermoor, het die roman van Frederick Forsyth geïnspireer Die Dag van die Jakkalsen 'n klassieke rolprent uit 1973 met dieselfde titel:


Lêer: Plaque Charles Delestraint, 11 chaussée de la Muette, Paris 16.jpg

Klik op 'n datum/tyd om die lêer te sien soos dit destyds gelyk het.

Datum TydDuimnaelsketsAfmetingsGebruikerLewer kommentaar
huidige22:22, 22 April 20102.313 × 1.327 (1,87 MB) Mu (bespreking | bydraes) <>, marquant l 'emplacement où fut arrêté le général Charles Delestraint, chef de l 'Armée secrète (1879-1945), le 9 juin 1943. >> | Bron = Eie werk | A

U kan nie hierdie lêer oorskryf nie.


Charles Delestraint - Geskiedenis

Charles Delestraint

Charles Delestraint & eacutetait issu d ’une modeste famille du Pas de Calais. Son p & egravere travaillait comme comptable aux fonderies de Biache St Vaast. C ’est dans ce village situ & eacute entre Arras et Douai qu ’il vit le jour, le 12 mars 1879.
D & egraves son enfance, le jeune Charles manifesta la volont & eacute de devenir soldat. El & egraveve s & eacuterieux, dont l'action r & eacutefl & eacutechie & eacutetait en harmonie avec ses convictions, il vivra intens & eacutement sa foi chr & eacutetienne en menant ses & eacutetudes secondaires chez les Maristes & agrave Haubourdin les Lille. In 1896 word die briljante weergawe van die Baccalaur & eacuteat beskryf. Il choisit alors la carri & egravere des armes et entra in 1897 & agrave & Eacutecole sp & eacuteciale militaire de Saint-Cyr. Il en sortira parmi les premiers, trois ans plus tard.
Le 1er octobre 1900, il est nomm & eacute sous-luitenant au 16e Bataillon de chasseurs & agrave pied, stationn & eacute & agrave Lille.
Il va y servir pendant treize ans. Il est nomm & eacute capitaine en d & eacutecembre 1913 puis est admis & agrave l '& Eacutecole Sup & eacuterieure de Guerre le 18 mars 1914.

La premi & egravere guerre mondiale.

Le Capitaine Delestraint sert au 58 & deg Bataillon de Chasseurs & agrave Pieds & agrave Amiens lorsque d & eacutebute la Grande Guerre.
A la t & ecircte de la 9 & egraveme Compagnie, il s'illustre le 25 ao & ucirct 1914 lors d'une mission sp & eacuteciale sur la Meuse, & agrave hauteur de Haybes (Belgique). Dit is 'n belangrike en belangrike verskaffing van die progressie, en dit kan ook die liaison des IV & deg (de Langle de Cary) en V & deg Arm & eacutees fran & ccedilaises (Lanrezac) weergee. Il est alors fait Chevalier de la L & eacutegion d'Honneur, puis recevra plus tard pour cette action la Croix de Guerre avec palme et la Croix de Guerre belge.
Le 30 ao & ucirct, il tombe dans une embuscade allemande lors de l'attaque de Chesnois-Auboncourt.
Bless & eacute et fait prisonnier, il est admis & agrave l & quotAmbulance allemande de Mazerny. Il y est soign & eacute du 31 Ao & ucirct au 15 Septembre puis est ensuite achemin & eacute vers l'Allemagne. Il restera captif au camp de Plassenburg, en Bavi & egravere du 25 Septembre 1914 au 3 D & eacutecembre 1918 inclus.
Rapatri & eacute en d & eacutecembre 1918, il est ensuite affect & eacute & agrave l'Etat-major du G.Q.G., Section du Personnel et nomm & eacute chef de bataillon in 1919.

L ’entre-deux guerres.

Au d & eacutebut des ann & eacutees 20, Charles Delestraint sert d ’abord au 104 & deg RI puis apr & egraves un passage & agrave l'Etat-Major de l'Arm & eacutee, il affect & eacute & agrave l'Ecole Sup & eacuterieure de Guerre o & u octobre 1923, il fait une demande pour servir dans les chars et il est affect & eacute au 517 & deg R & eacutegiment de Chars de Combat & agrave D & uumlren, en zone d'occupation fran & ccedilaise. Il va exceller dans ce domaine et y acqu & eacuterir une r & eacuteputation de sp & eacutecialiste qui le conduira en avril 1927 & agrave l ’Ecole d ’Application des chars de Versailles, dirig & eacutee par le g & eacuten & eacuteral Fr & egvere. Promu luitenant-kolonel en d & eacutecembre 1927, il y prendra les fonctions de commandant en second. In 1932, nomm & eacute Colonel, il devient Chef de Corps du 505 & deg RCC & agrave Vannes. En 1936, il se voit confier le commandement de la 3 & deg Brigade de Chars & agrave Metz et le 23 d & eacutecembre de la m & ecircme ann & eacutee, il re & ccediloit ses & eacutetoiles de G & eacuten & eacuteral de Brigade. Il a comme subordonn & eacute le Colonel de Gaulle, Chef de Corps du 507 & deg R.C.C. de Metz. Les deux hommes, inspir & eacutes par le G & eacuten & eacuteral Jean-Baptiste Eug & egravene Estienne, partagent la m & ecircme vision novatrice de l ’emploi du blind & eacute dans une strat & eacutegie moderne. Ensembles, en dit sal ook nie vir ons moontlik wees om 'n ontwerp te ontwikkel nie, maar ook 'n belangrike en 'n offensief vir blindes en eienskappe.

La dr & ocircle de guerre et la campagne de France (1939-1940).

Ag & eacute de 60 ans, le G & eacuten & eacuteral Delestraint est atteint par la limite d ’ & acircge de service, en mars 1939 et plac & eacute d ’office dans les cadres de r & eacuteserves. Mais la d & eacuteclaration de guerre contre l ’Allemagne, le 03 septembre 1939, permet son rappel au sein des arm & eacutees. Il se voit confier le commandement des chars de combat de la VII & deg Arm & eacutee. Op 4 April 1940 is dit nomm & eacute adjoint & agrave l'inspection des chars. Le 2 juin 1940, alors que la situation parait d & eacutesesp & eacuter & eacutee, il re & ccediloit le commandement d ’un Groupement cuirass & eacute qui ne comprend plus que deux Divisions (2 & deg et 4 & deg Divisions Cuirass & eacutees). Malgr & eacute la m & eacutediocrit & eacute de son & eacutequipement, il parvient & agrave couvrir le repli de deux Arm & eacutees, sauvant ainsi de nombreuses unit & eacutes de toutes armes, apr & egraves avoir r & eacuteduit la poche d'Abbeville. Au cours de cette campagne, il retrouve le Colonel de Gaulle, kommandant la 4 & deg DCR. Ils connaissent des succ & egraves malheureusement incomplets du fait de l'incompr & eacutehension du haut commandment trop frileux pour accept l'engagement simultan & eacute des deux Divisions. Le groupement de chars verteenwoordig 'n unieke retraite, wat ook 'n afsonderlike deel is, 'n notamment sur la Loire.
La demande de l'armistice, proclam & eacutee le 17 juin par le mar & eacutechal P & eacutetain, n'arr & ecircte pas pour autant la progression allemande et la capture de nombreuses unit & eacutes fran & ccedilaises & agrave laquelle, cependant, and eacutechappe le groupement de chars. Charles Delestraint qui, & agrave Valen & ccedilay, entend & agrave la TSF l'Appel de son ancien subordonn & eacute, y adh & egravere totalement. Lorsque les restes des deux Divisions de Chars se regroupent au camp de Caylus (Tarn-et-Garonne), l'esprit de R & eacutesistance est d & eacutej & agrave n & eacute chez Charles Delestraint. Les paroles d'adieu qu'il adresse & agrave ses soldats en sont la preuve. Ons kan die verskaffers van die Franse en ccedilais -e -posse ook nie gebruik nie.
-& quotSi nous savons vouloir, la France ressuscitera un jour du calvaire pr & eacutesent & quot.
Le 8 juillet, apr & egraves avoir re & ccedilu la troisi & egraveme & eacutetoile de g & eacuten & eacuteral de division, il est vers & eacute & agrave nouveau au cadre de r & eacuteserve et quitte l'arm & eacutee.

La r & eacutesistance et l ’Arm & eacutee Secr & egravete.

Le G & eacuten & eacuteral Delestraint weier la d & eacutefaite et l'armistice. Il d & eacutecide de s ’entourer d ’opposants & agrave l ’occupation et regroupe dans un premier temps des & quotAnciens des Chars & quot. A partir de 1941, il accentue son activit & eacute de r & eacutesistant ce qui lui vaut un rappel & agrave l'ordre de Vichy, le 27 f & eacutevrier 1942.
En ao & ucirct 1942, apr & egraves avis d'Henri Frenay et sur proposition de Jean Moulin, le G & eacuten & eacuteral de Gaulle le choisit pour organizer et commander l'Arm & eacutee Secr & egravete (AS) qui doit regrouper puis fusionner les principaux grands mouances : Combat, Lib & eacuteration et Franc-Tireur. Le 4 ao & ucirct 1942, ek aanvaar die pos as envoyant & agrave Londres un message & agrave jean Moulin qui bevestig son choix: & laquo Charles & agrave Charles, d ’accord & raquo.

Le 11 novembre 1942, apr & egraves avoir rencontr & eacute Jean Moulin, il est confirm & eacute dans sa mission par une lettre manuscrite du G & eacuten & eacuteral de Gaulle. Chef de l'Arm & eacutee Secr & egravete, il prend alors pour pseudonyme & laquo Vidal & raquo et travaille en coordination avec Jean Moulin pour & eacutelargir la structure & agrave la zone Nord. Il aura comme secr & eacutetaire hanger cette p & eacuteriode Fran & ccedilois-Yves Guillin. D & egraves lors, il collabore & eacutetroitement avec Moulin pour organizer la R & eacutesistance au plus haut niveau en rencontrant les principaux responsables des mouvement. C'est ainsi qu'ils sont tous deux convoqu & eacutes par le g & eacuten & eacuteral de Gaulle & agrave Londres le 13 f & eacutevrier 1943. Charles Delestraint est alors charg & eacute d '& eacutetendre la structure de l'Arm & eacutee Secr & egravete en zone. Vidal rentre in France le 20 mars 1943 in compagnie de & quotMax & quot (Jean Moulin) et de Christian Pineau.
Il est promu G & eacuten & eacuteral de Corps d'Arm & eacutee par le G & eacuten & eacuteral de Gaulle. Besoek d & eacutebut avril, le plateau du Vercors et les premiers maquis. Ensuite, & agrave Paris, il participe aux r & eacuteunions visant & agrave regrouper les grands moulements de la zone nord (OCM, Centurie, FTPF, Voix du Nord).

L ’arrestation et la d & eacuteportation.

Au printemps 1943, les Allemands sont sur la piste de Jean Moulin et cherchent & agrave d & eacutecapiter l ’organisation.
Le 9 juin 1943, au M & eacutetro La Muette (16 & egraveme), alors qu'il a rendez-vous avec Ren & eacute Hardy, l'un des responsables de R & eacuteseau & laquo Combat & raquo, le G & eacuten & eacuteral Delestraint est & laquo pinc & eacute et raquo tard Jean Moulin est & eacutegalement arr & ecirct & eacute & agrave Caluire.
Il a & eacutet & eacute souvent avanc & eacute qu ’ Hardy avait trahi les deux hommes. En effet, Henri Frenay, & agrave la t & ecircte de & laquo Combat & raquo & eacutetait convaincu que Moulin & eacutetait un sympathisant communiste et qu ’il voulait mettre ceux-ci aux commandes de l ’Arm & eacutee de Secr & egravete. Cette trahison aurait & eacutet & eacute & eacutechafaud & eacutee pour contrer ces plans.

Le G & eacuten & eacuteral Delestraint est interrog & eacute et tortur & eacute & agrave Neuilly puis avenue Foch par la Gestapo. En juillet, il est incarc & eacuter & eacute & agrave la maison d ’arr & ecirct de Fresnes. Apr & egraves une instruction de neuf mois, il est envoy & eacute au camp de Natzweiller-Struthof, en Alsace, in mars 1944. Il devient d & eacuteport & eacute classifi & eacute & quotNacht und Nebel & quot, de la cat & eacutegorie de ceux que l'on doit faire dispara & icir. Dans le camp, dit is ook 'n volledige konsep -sjef. Dit is 'n goeie manier om die konsultante van die porteur de l'espoir te ken. Dit is 'n e -pos en 'n e -pos -app en 'n versorging vir 'n baie diep menslike aanmoediging, en 'n aangemoedigde toujours ceux qui sont submerg & eacutes par le d & eacutesespoir et trouvant chaque fois les mots justes pour les rassurer. Il pouvait restituer la confiance d'un regard ou avec quelques mots. Il prenait soin des prisonniers vuln & eacuterables, n ’h & eacutesitait jamais & agrave partager les quelques aliments qu ’il parvenait & agrave faire d & eacuterober aux allemands.

Avec l ’avanc & eacutee des alli & eacutes vers l ’Alsace, le commandement allemand d & eacutecide de faire & eacutevacuer le camp de Natzweiler au d & eacutebut du mois de septembre 1944. & laquo Vidal & raquo est alors transf & eacuter & eacute au camp de. Dit kom op 6 September 1944 op 905 autres d & eacutetenus de Natzweiler. Tous les prisonniers fran & ccedilais de Natzweiler classifi & eacutes comme & laquo Nacht und Nebel & raquo portaient le triangle rouge sur leurs uniformes, les d & eacutesignant comme & laquo prisoniers politiques & raquo. Les lettres NN & eacutetaient peintes derri & egravere leurs vestes pour les identifier plus facilement.
D ’apr & egraves le t & eacutemoignage de Paul Berben, ancien d & eacuteport & eacute de Dachau, le G & eacuten & eacuteral Delestraint portait un triangle rouge avec la lettre F pour & laquo fran & ccedilais & raquo et le matricule 103.027 sur une pianche & eg. Bien qu ’il fut le prisonnier fran & ccedilais d & eacutetenant le plus haut rang, en provenance de Natzweiler, le G & eacuten & eacuteral ne fut pas envoy & eacute avec les prisonniers importants dans the bunker mais fut affect & eacute tel un d & eacutetenu classique en Bloc. Die demeurait au Bloc 24, die ligging van die bois is op die Noord -kamp geleë. Il a conserv & eacute ses liens avec les autres prisonniers de Natzweiler dont l'agent britannique du SOE, le Lieutenant Robert Sheppard, lui aussi log & eacute au Bloc 24. Un ordre, donn & eacute par de hautes instances allemandes (Kaltenbr & uumlnner?), Le condamnara & agrave l'arriv & eacutee des alli & eacutes. Tr & egraves vite bien qu ’il soit reconnu par les autres intern & eacutes comme le chef des prisonniers fran & ccedilais, il s ’arrange pour devenir un prisonnier anonyme, perdu dans la masse des d & eacutetenus. A Dachau, les gardiens ne le feront pas travailler & agrave l'ext & eacuterieur du camp de peur qu'il ne tente de s '& eacutevader. En tant qu ’officier, il n ’est pas astreint aux t & acircches laborieuses quotidiennes et doit rester seul dans les baraques pendant que ses compagnons oeuvrent & agrave l ’ext & eacuterieur.
Mais il n ’accepte pas cet & eacutetat de fait. Il s’entend avec le chef de bloc de son bâtiment pour travailler clandestinement dans le magasin d’habillement du camp. Très croyant, il exerce aussi chaque jours les fonctions d'enfant de coeur auprès de l'Évêque Piguet, lors de la messe qu’il officie dans le Bloc 26. Il intègre en janvier 1945, le comité international du camp. Celui-ci avec des représentants de 14 pays différents vise à organiser une certain « esprit de résistance » dans le camp, et tente de planifier une révolte dans le cas où les gardes tenteraient d’exterminer tous les prisonniers avant l’arrivée des alliés. Il tente aussi de maintenir la solidarité et la cohabitation des détenus de 17 pays, aux opinions politiques très diverses.

L’assassinat, 19 avril 1945.

Le 19 avril 1945, dix jours seulement avant la libération du camp de Dachau par la 7ème Armée US, le Général Delestraint est lâchement assassiné avant d'être immédiatement incinéré dans les fours crématoires du camp.
Les raisons et les conditions de son exécution restent aujourd’hui encore obscures. Plusieurs rapports indépendants, ont été rédigés par des survivants de Dachau. Ils décrivent les événements le jour de son exécution, mais aucun d’eux ne concorde tout à fait.

Zones d’ombre sur la fin du Général.

Selon "le Communiqué n° 3 de l 'Amicale des Anciens de Dachau d’Octobre-Novembre 1945, écrit par des survivants français du camp, Armand Kientzler a témoigné au premier Tribunal Militaire américain de Dachau qu'il avait été témoin de l'exécution du Général Delestraint. Kientzler travaillait comme jardinier dans le secteur aménagé près du crématorium où les exécutions avaient lieu. Dans son témoignage, il indique que 3 Français et 11 officiers tchèques ont été exécutés le 19 avril 1945. Il a précisé que les bourreaux SS étaient ivres et riaient tout en assassinant ces hommes.

Ensuite, il aurait été ordonné au Général Delestraint de se déshabiller puis il aurait été abattu à distance alors qu’il marchait vers son lieu de supplice. C’est sur ce point que les avis divergent car d’autres, témoins cités aux procédures concernant Dachau ont affirmé que le Général n'était pas nu et qu’il fut abattu d'une ou deux balles dans la nuque. Un prêtre Mosellan interné à Dachau, François Goldschmitt a écrit un livre intitulé "Zeugen des Abendlandes " dans lequel il infirme également le témoignage de Kientzler.
Il déclare que « Vidal » fut abattu sans avoir reçu l’ordre de se dénuder. Selon son témoignage, avant l'exécution, le SS Franz Trenkle a frappé le Général avec son poing, lui cassant plusieurs dents.


Puis le SS-Oberscharführer Theodor Bongartz a abattu Delestraint d’une balle dans la nuque à bout portant. Trenkle et Bongartz et semblent donc être les assassins de « Vidal ». Selon Goldschmitt, les dernières paroles prononcées par le général furent : « Vive la France, vive de Gaulle ! ». Mais on ne trouve aucun autre témoignage dans les procédures d’enquête qui corrobore cette information.

L’allemand Emil Erwin Mahl, qui était responsable des Kapo à Dachau, a témoigné devant le Tribunal Militaire américain tenu à Dachau. Il aurait reçu l’ordre d'incinérer le corps de général Delestraint immédiatement et de brûler ses vêtements, papiers et possessions personnelles. Mahl a indiqué qu’il n'était pas un des prisonniers qui travaillaient normalement dans le crématorium et que les fours étaient froids depuis des mois à cause de l'a pénurie de charbon.
Selon Albert Knoll, membre du mémorial de Dachau, il semble étrange qu’on n’ait trouvé dans le camp aucun document officiel concernant l’exécution du Général. A la libération du camp, le 29 avril 1945, le seul document mentionnant le Général Delestraint qui ait été trouvé parmi les dossiers était une note datée du 13 mars 1945 qui mentionnait que le Général Charles Delestraint devait être ajouté à la liste des prisonniers « importants » de Dachau. Ces prisonniers « importants » étaient logés dans un bunker et disposaient de privilèges particuliers.
Jusqu'alors, le Général avait été un prisonnier ordinaire du camp et avait logé dans les blocs parmi les autres prisonniers politiques. Aux dires de tous, Delestraint était un prisonnier modèle encore très valide malgré ses 66 ans et parfaitement confiant en la victoire finale. On ne s’explique pas qu’il ait été exécuté, juste une semaine avant que les prisonniers « VIP » ne soient évacués dans le Tyrol Sud, pour leur propre sécurité, le 26 avril 1945.

En mai 1945, quelques jours après la libération du camp, la VII° Armée américaine a publié un rapport officiel basé sur les témoignages de 20 prisonniers du camp de Dachau. Leurs témoignages attestent que les prisonniers importants, les otages politiques et religieux de Dachau avaient été évacué vers le Tyrol avant que le camp ne soit libéré et que le Général Delestraint ne figurait pas parmi eux. Dans ce groupe se trouvaient le Révérend Martin Niemöller, un des fondateurs de l'Église Pénitentielle Kurt von Schuschnigg, le Chancelier de l'Autriche avant l'Anschluss Edouard Daladier, le Premier ministre français au moment de l'invasion allemande et Léon Blum, ancien premier ministre français de confession juive.

Côté français, Immédiatement après la libération, il est ordonné au Capitaine Tresnel, officier de liaison français à la Troisième Armée américaine de mener une enquête sur le meurtre du Général Delestraint. Celle-ci n’apportera pas d’avancée significative.

Pendant les premières procédures du Tribunal Militaire américain à Dachau en novembre 1945, un de l'accusé, Johann Kick, a avoué qu’il était responsable de l'enregistrement des prisonniers, en gardait les dossiers et toutes les notes relatives au constat des décès, en tant que chef du département politique et membre de la Gestapo.
Il a affirmé que les exécutions à Dachau pouvaient seulement être ordonnées par le Sichereit Dienst de Berlin et que son travail était ensuite de rendre compte au S.D. de l’effective élimination du prisonnier puis d’informer les familles du décédé.
Mais dans le cas des détenus « Nacht und Nebel », les familles n'étaient pas informées de la mort de leur proche.
La famille du Général Delestraint n'a donc pas été averti de sa mort par le S.D, pas plus que par le département politique de Dachau et encore moins par les américains. La fille de « Vidal » a appris la mort de son dans un journal le 9 mai 1945 mais elle restera longtemps sans nouvelles des circonstances de sa disparition. Toutes ces informations n’ont pas permi de répondre avec précisions aux questions suivantes :


- Pourquoi avoir exécuté le Général à une date où tout était déjà perdu pour l’Allemagne ?
- Qui a ordonné sa mort et pourquoi ?
- Pourquoi l'ordre d'exécution de Berlin ne fut jamais trouvé ?
- S’agit-il d’un acte isolé gratuit, perpétré par quelques brutes nazies désespérées et imbibées d’alcool ?

Dans son article du 10 novembre 1989, Robert Sheppard donne les détails suivants sur l'incident qui aurait abouti au meurtre du Général, le 19 avril 1945 :

- « Au camp de Dachau, le Général avait l'emploi de « hilfschreiber » (aide secrétaire) du Bloc 24, car en tant que prisonniers N.N., il lui était interdit de travailler à l'extérieur du camp. Moi, j’étais le responsable « cantine » du Bloc 24, bien qu’en 1945, la cantine du camp n'avait pratiquement rien à donner aux prisonniers, chaque bloc avait toujours un représentant, chargé des approvisionnements. Celui-ci détenait le nom de tous les prisonniers de son bloc. Les internés recevaient un peu d'argent de camp pour leur travail à l’extérieur et ils pouvaient l’utiliser uniquement pour acheter des articles personnels ou des aliments à la cantine. Les familles envoyaient aussi parfois un peu d’argent. Quand celui-ci parvenait au détenu (si jamais il lui parvenait), il devaient l’échanger contre la monnaie de camp. Mais les Prisonniers Nacht und Nebel n’avaient pas droit à ce traitement. Les gardiens SS du camp devaient faire un appel des prisonniers N.N. le matin et l’après-midi pendant que les autres prisonniers travaillaient dans les usines à l'extérieur du camp. Lors de l'un de ces appel en mars, le garde SS demanda à chaque prisonnier de donner leur numéro de bloc, leur matricule et le cas échéant leur fonction dans le camp. Delestraint, interrogé sur sa fonction dans le camp répondit « Général de l’Armée française». Le garde parut surpris, pris des notes, termina son appel et quitta la place de rapport ».
D’après Sheppard, très peu de temps après cet incident, des ordres furent reçus de Berlin pour que le Général Delestraint fut admis au bunker des prisonniers « importants ». Dans ce bunker, les cellules individuelles étaient équipées de toilettes et demeuraient ouvertes le jour et les détenus pouvaient parfois y recevoir de la visite mais celles-ci demeuraient interdites pour les prisonniers N.N. Ce témoignage est corroboré en grande partie par Joseph Rovan, un détenu qui a écrit un livre sur Dachau. A partir de cet instant, les fidèles du Général craignirent pour sa sécurité. Roger Linet, un prisonnier communiste, serait allé voir le Général dans le bloc 24 et lui aurait proposé de se faire admettre au bloc hôpital sous un prétexte quelconque. Là il pourrait échangé son matricule dès qu’un prisonnier français décéderait (cas malheureusement très fréquent) et serait donc déclaré officiellement mort.
Il lui resterait ensuite à se faire oublier quelques temps sous sa fausse identité jusqu’à l’arrivée des alliés.
Mais « Vidal » voulu assumer son identité et refusa l’offre.

L’agent du SOE Sheppard avance que le 19 avril 1945, le secrétaire du Bloc 24 a reçu la carte de sortie de général Delestraint mentionnant « Ausgang durch Tot » (sortie pour la mort).
Au lieu d'être transféré du bunker des « VIP » et évacué, le Général Delestraint aurait été assassiné à cause de son arrogance et de son impudence car il rappelait trop souvent son galon de Général aux autorités allemandes et souhaitait avoir les égards dus à son rang.
Mais d’autres témoignages avancent aussi que le Général aurait été admis au bunker des « VIP » en janvier 1945, ce qui, une nouvelle fois, ne concorde pas. Pourtant Sheppard est précis sur les activités de Delestraint dans le comité international du camp. Pour lui, elles coincïdent avec la fin de l’épidémie de Typhus qui sévit dans le camp à partir de fin décembre 1944. Le Général, malade avait été mis en quarantaine au bloc 25 puis était revenu fin janvier 1945 au Bloc 24 où il aurait repris ses activités.

En résumé, les nombreux témoignages diffèrent et ne permettent pas de donner la date précise où le général fut admis, sur ordre de Berlin au bunker « VIP ». Mais chaque témoin est sûr que c’était peu de temps après l’incident de l’appel.

Le 4 avril 1945, des prisonniers importants, comme Léon Blum et Kurt von Schuschnigg, furent transférés de Buchenwald vers Dachau. Certains des prisonniers du bunker furent alors déplacés dans une annexe.
Cette annexe en bois était l’ancienne maison de passe du camp et le Général Delestraint y fut installé avec l'Archevêque Piguet et le Révérend Martin Niemöller, selon l'Évêque Neuhäusler.
Le 19 avril 1945, après la communion à la fin de la messe, des SS vinrent chercher le général. Michelet et le Révérend Martin Niemöller s'attendaient à ce que général Delestraint les rejoigne pour un massage dans l'infirmerie de camp. (On a régulièrement permis aux prisonniers importants du bunker d'avoir un massage pendant qu'un soldat SS les surveillait). Mais ils ne le revirent pas et entendirent par contre deux coups de feu. Un livre écrit par le français J. F. Perrette, intitulé "Le General Delestraint," reprend le témoignage de Neuhäusler devant le tribunal américain à Dachau. Dans celui-ci il atteste que le SS-Hauptscharführer Eichberger aurait reçu un ordre d’exécution, signé par le SS-Obersturmbanführer Schäfer. Eichberger aurait transmis l’ordre à son supérieur le SS-Obersturmführer Wilhelm Ruppert, responsable des éxécutions au camp. A 8h30, le 19 avril, le SS-Oberscharführer Fritz serait venu chercher le général qui apportait son concours à l’Archevêque Piguet pour la messe, dans le Bloc 26. Il lui aurait dit de préparer vite ses affaires pour partir avec un convoi. Il aurait vérifié l’identité de « Vidal » et lui aurait dit qu’il allait être libéré. Ruppert par respect pour le rang du Général aurait même porté lui-même la valise de celui-ci. Alors qu’ils se dirigeaient vers les bureaux administratifs du camp, les deux hommes croisèrent alors Johannes Otto, l’adjoint de Ruppert. L’officier allemand informa alors son adjoint de l’ordre d’exécution du détenu, précisant qu’elle devait avoir lieu immédiatement. Le SS accompagné du Général se joignit alors à un groupe d’autres prisonniers emmenés par le SS-Unterscharführer Edgar Stiller. Le groupe a alors pris la direction du crématorium. Devant celui-ci les attendaient le SS-Hauptscharführer Bongartz. Ensuite eut lieu l’assassinat et la crémation.
Ce témoignage rejoint celui du prêtre François Goldschnitt et met en cause une nouvelle fois Bongartz.
Lors de l’enquête du tribunal militaire américain de Dachau, le nom de Theodor Bongartz a été également mentionné pendant le témoignage d'Otto Edward Jendrian, un prisonnier allemand à Dachau, qui a dit avoir vu Bongartz tirer sur des officiers français dont un Général.
Selon Michelet, le soir du 19 avril, un prisonnier français est venu pour lui remettre la carte de prisonnier du Général afin qu’il l’enregistre. C’était la fameuse carte « Ausgang durch Tod ».
La cause indiquée de la mort était « arrêt cardiaque » et selon son témoignage, c'était la cause officielle de décès mentionnée chaque fois qu’un prisonnier était exécuté par balles ou pendu.

Que devinrent les présumés coupables ?

Bongartz ne fut pas jugé car il était déjà mort à cette époque, mais d’autres protagonistes de cette exécution étaient toujours en vie au moment du procès. Ils étaient également responsables des crimes de guerre commis par Bongartz car les charges exactes pesant contre les accusés lors du procès étaient : « avoir pris part à une action collective violant les lois et les usages de guerre régis par la Convention de Genève ». Friedrich Wilhelm Ruppert, identifié lors du procès par des témoins répondit de ses crimes, puisqu’il était un des hommes en charge des exécutions à Dachau. Il fut reconnu coupable par le tribunal militaire américain et fut pendu le 29 mai 1946.

Mais certains témoignages demeurent troublants et font douter du procédé utilisé pour éliminer le Général.
Lors du Procès Martin Gottfried Weiss qui avait été chef du camp de Dachau entre septembre 1942 et octobre 1943 affirma que durant sa présence, il n’y eut pas d’exécution par balles mais uniquement par pendaison.
A Dachau, on pendait en effet des condamnés aux poutres de charpente juste face aux fours crématoires (j’ai pu le constater par moi-même). Enfin l’agent du SOE Johnny Hopper, dans sa version des faits prétend que le Général Delestraint aurait été effectivement pendu.

La mémoire.

Le 9 mai 1965, un Musée fut ouvert dans l’ancien camp de concentration de Dachau. On y trouvait étrangement aucune photo du Général et aucun renseignement sur la mort d’un prisonnier pourtant essentiel du camp.
Mais en 1978, un catalogue de documents a été publié par le comité international de Dachau, pour la vente aux visiteurs du Musée. Il contenait des photos des œuvres exposées, des photos et des documents présents dans le musée. Parmi ceux-ci figuraient des listes mentionnant l’exécution de 31 prisonniers de guerre russes le 22 février 1944, de 90 prisonniers de guerre russes. Le catalogue indique également que 55 polonais furent éliminés en novembre 1940 et des milliers de prisonniers de guerre soviétiques entre fin 1941 et 1942, sans pour autant préciser de liste nominative. Sur la même page on trouve quelques renseignements (allant dans le sens du témoignage de Kientzler) concernant l’exécution du Général Delestraint et de 11 officiers tchécoslovaques, en avril 1945, sans date plus précise.

Depuis mai 2003, une nouvelle exposition a été créée dans le Musée de Dachau. Une section dans ce nouveau musée est dédiée aux prisonniers de chaque nation et la partie réservée aux français inclue bien entendu le parcours du Général Charles Delestraint. (J’ai visité le camp et le musée le 13 août 2003).

Dans son village natal, à 3 kilomètres de chez moi, un square portant le nom de Charles Delestraint a été créé, juste à côté de l’église. En son centre, il est dominé par un monument dédié au Chef de l’Armée Secrète. Dans une petite rue à 200m de là, une plaque identifie le lieu où il vît le jour en 1879.

Le Général Delestraint a été finalement honoré en France, bien que tardivement, grâce aux efforts de l’ex agent du SOE britannique Robert Sheppard. Son nom a été ajouté à la liste des grands hommes de la France au Panthéon, le 10 novembre 1989, le lendemain de la chute du mur de Berlin.
Charles Delestraint fut un homme droit pendant toute sa carrière. Militaire au sens du devoir indiscutable et très croyant, il fut toujours fidèle à sa devise : « Etre exact ». Malheureusement pour nous les circonstances précises de sa disparition sont confuses et on ne saura probablement jamais pour quelles raisons et sur ordre de qui il fut exécuté, alors que la seconde guerre mondiale s’achevait.

Décorations attribuées au Général Delestraint :


Jewish skeleton collection [ edit | wysig bron]

The Jewish skeleton collection was an attempt by the Nazis to create an anthropological display to showcase the alleged racial inferiority of the "Jewish race" and to emphasize the Jews' status as Untermenschen ("sub-humans"), in contrast to the Germanic Ubermenschen ("super-humans") Aryan race which the Nazis considered to be the "herrenvolk" (master race). The collection was to be housed at the Anatomy Institute at the Reich University of Strasbourg in the annexed region of Alsace, where the initial preparation of the corpses was performed. The collection was sanctioned by Reichsführer of the SS Heinrich Himmler, and under the direction of August Hirt with Rudolf Brandt and Wolfram Sievers, general manager of the Ahnenerbe, being responsible for procuring and preparing the corpses.

Josef Kramer, photographed in leg irons at Belsen before being removed to the POW cage at Celle, 17 April 1945.

Ultimately 87 of the inmates were shipped to Natzweiler-Struthof, 46 of these individuals were originally from Thessaloniki, Greece. The deaths of 86 of these inmates was, in the words of Hirt, "induced" at a jury rigged gassing facility at Natzweiler-Struthof and their corpses, 57 men and 29 women, were sent to Strasbourg. One male victim was shot as he fought to keep from being gassed. Josef Kramer, acting commandant of Natzweiler-Struthof (who would become the commandant at Auschwitz and the last commandant of Bergen Belsen) personally carried out the gassing of 80 of these 86 victims. The first part of the process for this "collection" was to make anatomical casts of the bodies prior to reducing them to skeletons. In 1944, with the approach of the allies, there was concern over the possibility that the corpses, which had still not been defleshed, could be discovered. In September 1944 Sievers telegrammed Brandt: "The collection can be defleshed and rendered unrecognizable. This, however, would mean that the whole work had been done for nothing-at least in part-and that this singular collection would be lost to science, since it would be impossible to make plaster casts afterwards."

Two anthropologists, who were both members of the SS, Dr. Hans Fleischhacker and Bruno Beger, along with Wolf-Dietrich Wolff, were accused of making selections at Auschwitz of Jewish prisoners for Dr. Hirt's collection of 'racial types', a project which created the Jewish skeleton collection. Beger alone was found guilty, although he served no time. Also named as associated with this project are Doctor Karl Wimmer ( de ) and the anatomist Anton Kiesselbach ( de ). Β ]

In The Names of the Numbers, Γ] Hans-Joachim Lang describes this mass murder. He also recounts in detail the story of how he was able to determine the identities of 86 victims of Dr. Otto Bickenbach ( de ) and Dr. August Hirt's medical experiments. Δ ]


Aktivierung, Résistance

1939 wurde er pensioniert, bei Ausbruch des Zweiten Weltkrieges aber zur࿌kgerufen und kommandierte die Kampffahrzeuge der 7. Armee. Am 3. und 4. Juni 1940 leitete er den Gegenangriff eines Panzerverbands gegen die Wehrmacht in Abbeville.

Nach dem Waffenstillstand von Compiègne, den er ablehnte, zog er sich nach Bourg-en-Bresse zur࿌k, wo ihn Henri Frenay für die Résistance rekrutierte. Nach Diskussionen mit Frenay und Jean Moulin begann er, die Armພ secrète, die geheime Armee, in Lyon aus Mitgliedern der Combat, Libération und Franc-Tireur zu organisieren. Später besuchte er de Gaulle heimlich in London und erklärte sich bereit, die Armພ secrète zu leiten. Unter dem Kampfnamen „Vidal“ reiste Delestraint mit Moulin in die besetzte Zone und begann, die Armພ secrète im Norden zu erweitern.

Am 26. Januar 1943 auf einer Konferenz des Koordinierungskomitees lenkte Jean Moulin alle Résistance-Gruppen und ﲾrwand den Widerstand von Henri Frenay, der als Kommissar für Militärische Angelegenheiten seinen eigenen Standpunkt durchzusetzen und Kontrolle ﲾr General Delestraint, den Chef der Armພ secrète, zu behalten versuchte. Moulin unterstützte Delestraint gegen seinen alten Freund Frenay in seiner Absicht, sofort direkte Aktionen zu unternehmen, was Frenay als verfrüht und zu riskant ablehnte.

Vom 13. Februar bis zum 20. März 1943 besuchte Delestraint zusammen mit Moulin General de Gaulle in London. Sie wollten eine Art Untergrundparlament schaffen. Um diesen Gedanken den Exilfranzosen nahezubringen, war er nach London gereist. Wie viele andere Mitglieder der Résistance hielten sie die aus der Dritten Republik tradierten französischen Parteien für ﲾrlebt. Aber ihnen war auch bewusst, dass wenn sich die liberalen und linken Kr๏te nicht in den politischen Prozess integrierten, sich eine französische Nachkriegsregierung auch ohne ihre Beteiligung und die der Résistance etablieren würde. Umgekehrt gelang es de Gaulle durch den Integrationsprozess der Résistance immer mehr, die Bedeutung seiner Exilregierung in London aufzuwerten.


Seëls

ROBERT GALLEY, Min ister of Posts and Telecommunica tions, has announced France's 1971 stamp ‐ issuing program—without a memo rial issue for her late presi dent, General Charles de Gaulle. General de Gaulle had been pictured on stamps of other countries while he was alive, but France (ex cept for the World War II Vichy regime) follows a practice, also observed by the United States, of not pic turing living persons on its stamps.

Apparently it does not in tend to issue a De Gaulle memorial stamp in line with the expressed desire of the late president—in his will he forbade any honors that the French government might have planned to bestow on him after his death. The French Postal Administration is of the opinion that a post age stamp in his honor would be contrary to his de sires.

The 1971 program, as an nounced by Mr. Galley, was as follows:

A new design “Marianne” for definitive stamps.

Nine stamps with a sur charge, including a Stamp Day issue six stamps for fa mous people: Esprit Auber (1782‐1871), composer Jean Robert‐Houdin (1805‐1871), illusionist Victor Grignard (1871‐1935), chemist Henri Farman (1874–1958) engineer and aviator General Charles Delestraint (1879–1945) Gen eral Diego Brosset (1898 1944) and two stamps for the Red Cross, reproducing works by Greuze.

Twenty ‐ four stamps will be issued without surcharge??

Artistic series, four stamps, as follows: sculpture from the Cathedral of Stras bourg “Self Portrait” by Rouault “The Winnower,” by Millet “Young Girl at Study” by Fragonard.

History of France series, three stamps as follows: Es tates General, taking of the Bastille, Battle of Valmy.

Tourist series, five stamps, as follows: Chateau‐Fort de Sedan, Ardennes Riquewihr, Haut Rhin Gorges de lɺr deche at Vallon Punt dɺrc, Ardeche Sainte Chapelle de Riom, Puy‐de‐Dome View of Dole, Jura.

Ten commemorative stamps, as follows: World skating championships centenary of Paris Balloon Post, Franco German War, 1871 Protec tion of Nature (2 stamps— Isard (Park in the Pyrenees Occidentales) and Cameleon (Reunion) 150th anniversary of National Academy of Med icine Oceanexpo (first inter national salon on use of the oceans at Bordeaux) Con gress of French philatelic so cieties at Grenoble sailing vessel an airmail stamp with portraits of Didier, Daurat and Raymond Vanier aid to rural families.

France will have an 8‐ stamp program for its role in Andorra, as follows: World skating championship two Europa stamps two stamps for protection of na ture (bear and rooster) three stamps in a continua tion of the Retable of St. Jean de Caselles.


Charles Delestraint - History

Maj Signalisation routière

Участвует в

Точки

  • 312704159 (содержится в линиях Rue Pierre Gillon ( 28462946 ) и Rue de la Mission ( 28462943 ))
  • 2522778436
  • 312704221 (содержится в линии Rue Arsène Boulat ( 28462940 ))
  • 2209647261
  • 312704158 (содержится в линиях Rue des Gayettes ( 219864053 ) и Rue des Gayettes ( 28470579 ))
  • 2209647271
  • 4325860152 (содержится в линии 434535952)
  • 4325860163 (содержится в линии 434535963)
  • Troyes (Delestraint-Belgique) ( 3836155572 )
  • 2209647277 (содержится в линии 233778625)
  • 312704157 (содержится в линии Rue Jean Leguise ( 49249881 ))
  • 2209647280 (содержится в линии 233778630)
  • 1387694647 (содержится в линии 124781649)
  • 4989928457 (содержится в линии 509847600)
  • 1387694650
  • 312704156 (содержится в линиях Boulevard Général Charles Delestraint ( 190796281 ), Boulevard Général Charles Delestraint ( 28470580 ) и Boulevard Général Charles Delestraint ( 100105730 ))

Raymond Aubrac (French Resistance)

Raymond Aubrac, who has died aged 97, was among the last surviving leaders of the French Resistance in the Second World War and central to the most celebrated, and controversial, incident in the history of the clandestine organisation.

On June 21 1943 Aubrac was one of eight senior résistants meeting in Caluire, a suburb of Lyons, to discuss what was to be done following the arrest of Charles Delestraint, Aubrac’s commander in the so-called “Secret Army” – an affiliation of several Resistance groups including the Libération-Sud network, which Aubrac had helped found.

The task of unifying the notoriously disputatious Resistance factions had been allotted by Charles de Gaulle to Jean Moulin, one of the most charismatic and romantic figures of France’s wartime history. Parachuted into France at the beginning of 1942, Moulin quickly became a top target for the Nazis, who realised that, under the code name “Max”, he was engaged in forging a unified Resistance command for the whole of the country.

Moulin’s efforts were brutally curtailed, however, when Gestapo officers, under the orders of Klaus Barbie, stormed the house in Caluire. The eight men were arrested, but one, René Hardy, was not put in handcuffs. As Moulin, Aubrac and the other detained men were led away, Hardy made a break for it. The incident seemed suspicious, and for the rest of his life Aubrac was convinced that Hardy had betrayed the meeting. “From all the Germans with their submachine guns, there were only a couple of scattered shots,” he said, recalling Hardy’s unmolested dash for freedom.

The effects of the raid on the Resistance were catastrophic, with the leadership of the Secret Army crippled at a single blow. The fate of those arrested would be even worse. Taken to Montluc prison in Lyons, the prisoners were beaten or tortured. The last time Aubrac saw Moulin was through the peephole in the door of his cell. “He was being carried down the stairs by two SS men,” said Aubrac. “He was in a very bad state.” So severe was Moulin’s torture that he did not survive his journey to Paris.

All the prisoners were transferred to the capital – with the exception of Aubrac, who remained in Montluc, where over the next few months a young woman presented herself to his captors. The woman, named Lucie, claimed to be carrying Aubrac’s child. This was true. But she also claimed that they were unmarried and that the child would therefore be born illegitimate unless the Germans would allow them to conduct a secret wedding.

This was a complete fabrication. But Lucie was used to telling lies, for she was already Aubrac’s wife, and a fellow founder of Libération-Sud. Thus, as her husband whiled away the time before his inevitable execution, his captors and Lucie made arrangements for his “marriage”.

On October 21 he was taken from his cell at Montluc and driven to the “ceremony” at police headquarters. On the way, the convoy was ambushed by a heavily-armed gang three Germans were killed as Raymond Aubrac was freed. Soon afterwards the couple was evacuated by RAF Lysander to London, where Lucie Aubrac gave birth to their child at Queen Charlotte’s hospital.

The romantic story of the Aubracs’ heroism was to become one of the most glorious legends of the Resistance, and was twice turned into a feature film. But more than 40 years after the dramatic escape, Klaus Barbie came back to torment the couple once again.

Barbie had taken refuge after the war in South America but was tracked down and extradited to France in 1983. At his trial he was sentenced to life in jail from where, in 1990, shortly before his death, he issued his “testament”.

In it Barbie said that it was not Hardy who had betrayed Moulin, but Raymond Aubrac. Aubrac, Barbie noted, had been arrested by the Gestapo in March 1943, but then released. It was while in detention, Barbie alleged, that Aubrac had been turned. It was not Hardy’s dramatic escape that should seem suspicious, he insinuated, but that of Aubrac.

The claims of a bitter, dying Nazi might have been easy to dismiss. But the charges were then repeated in a book by an amateur historian, Gérard Chauvy. Outraged, the Aubracs submitted themselves to a “jury” of French historians led by Moulin’s secretary and biographer, Daniel Cordier.

Their report made mixed reading. While the Aubracs were cleared of collaboration, their stories were revealed to be inconsistent and even contradictory. While the Aubracs simply blamed old age and failing memories for such conflicts, the story of their wartime exploits had been irrevocably tarnished.


Kyk die video: La nécessité dune liaison entre la rue du Général Metman et la rue du Général Delestraint